301 Moved Permanently


openresty
   GIMV 43.900 € (+0,69 %)     ELIA GROUP 138.200 € (-0,43 %)     BREDERODE 99.400 € (0,00 %)     AGEAS 40.930 € (+4,68 %)     AZELIS GROUP 25.440 € (-0,08 %)     ONTEX GROUP 6.425 € (-0,70 %)     DECEUNINCK 2.440 € (+1,67 %)     OXURION 0.019 € (+35,21 %)     AB INBEV 57.150 € (+0,46 %)     UCB 74.040 € (+3,21 %)     BIOCARTIS 0.608 € (-19,79 %)     TINC 12.300 € (0,00 %)     KBC 55.400 € (+4,88 %)     PROXIMUS 10.320 € (-0,58 %)     DEME GROUP 123.220 € (+2,89 %)     SHURGARD 43.200 € (+2,01 %)     EURONAV 18.640 € (+0,43 %)     GBL 78.380 € (+0,54 %)     UMICORE 35.520 € (+2,13 %)     AEDIFICA 76.450 € (+0,72 %)     ECONOCOM GROUP 2.925 € (-1,85 %)     TESSENDERLO 32.300 € (-0,62 %)     ACKERMANS V.HAAREN 153.100 € (+0,66 %)     ONWARD MEDICAL 6.160 € (+2,33 %)     INCLUSIO SA/NV 14.000 € (0,00 %)     GREENYARD 6.300 € (-1,72 %)     BEKAERT 33.700 € (+1,08 %)     VAN DE VELDE 32.300 € (-1,67 %)     VGP 80.600 € (+3,73 %)     ASCENCIO 51.800 € (0,00 %)     IMMOBEL 48.000 € (-1,44 %)     HOME INVEST BE. 23.705 € (+0,98 %)     SMARTPHOTO GROUP 31.200 € (-1,27 %)     KBC ANCORA 40.880 € (+3,60 %)     MITHRA 4.400 € (-0,11 %)     BELYSSE GROUP 1.300 € (-1,14 %)     BQUE NAT. BELGIQUE 828.000 € (+1,47 %)     FAGRON 12.490 € (+0,32 %)     CFE 9.400 € (0,00 %)     MELEXIS 82.700 € (-1,08 %)     TUBIZE-FIN 69.900 € (+0,87 %)     SOFINA 216.600 € (+1,69 %)     CARE PROPERTY INV. 15.100 € (+0,94 %)     WERELDHAVE BELGIUM 50.500 € (+0,80 %)     SIPEF 56.800 € (+0,18 %)     ORANGE BELGIUM 17.140 € (+1,54 %)     BARCO 22.140 € (+0,73 %)     D'IETEREN GROUP 180.700 € (-1,04 %)     RETAIL ESTATES 60.300 € (+0,17 %)     IBA 14.440 € (+0,98 %)     MDXHEALTH 0.643 € (-2,58 %)     EVS BROADC.EQUIPM. 20.950 € (0,00 %)     XIOR 27.400 € (+0,55 %)     NEXTENSA 46.650 € (-0,32 %)     AGFA-GEVAERT 2.850 € (+3,83 %)     BEFIMMO 47.150 € (-0,11 %)     LOTUS BAKERIES 6 170.000 € (+0,16 %)     INTERVEST OFF-WARE 19.620 € (+0,82 %)     COLRUYT 25.530 € (-0,51 %)     ATENOR 48.600 € (-0,61 %)  
   SARTORIUS STED BIO 339.900 € (-0,87 %)     OVH 14.035 € (+4,12 %)     SOPRA STERIA GROUP 150.400 € (+0,67 %)     ARGAN 78.200 € (+0,77 %)     SOCIETE GENERALE 23.385 € (+0,09 %)     TF1 7.395 € (+0,75 %)     CASINO GUICHARD 10.840 € (-0,46 %)     VEOLIA ENVIRON. 24.980 € (+1,13 %)     ALSTOM 24.720 € (-0,20 %)     ICADE 39.880 € (+0,86 %)     EURAZEO 60.650 € (0,00 %)     EURONEXT 73.860 € (+0,03 %)     STMICROELECTRONICS 36.695 € (-0,52 %)     ABC ARBITRAGE 6.700 € (-1,62 %)     EUROFINS SCIENT. 68.760 € (+0,59 %)     AMUNDI 54.550 € (+0,65 %)     SCHNEIDER ELECTRIC 140.480 € (-0,45 %)     ATOS 10.385 € (+0,24 %)     SCOR SE 18.905 € (+0,48 %)     CREDIT AGRICOLE 9.529 € (+0,28 %)     CAPGEMINI 177.650 € (-0,53 %)     GECINA 95.550 € (+1,06 %)     ALTAREA 139.000 € (+0,72 %)     COVIVIO 56.100 € (+1,17 %)     DASSAULT SYSTEMES 36.720 € (+0,14 %)     TIKEHAU CAPITAL 25.150 € (-0,59 %)     BOUYGUES 29.920 € (+0,37 %)     IPSEN 108.500 € (+1,21 %)     REMY COINTREAU 164.800 € (+0,30 %)     L'OREAL 360.750 € (+0,66 %)     EDENRED 52.460 € (-0,68 %)     PERNOD RICARD 190.700 € (+0,37 %)     AIR LIQUIDE 140.500 € (+0,70 %)     CARREFOUR 16.745 € (+0,60 %)     WORLDLINE 44.470 € (-2,31 %)     MICHELIN 27.135 € (+0,35 %)     ARKEMA 86.620 € (+2,87 %)     RENAULT 34.600 € (-1,11 %)     SODEXO 92.020 € (-0,20 %)     DANONE 51.220 € (+0,77 %)     GETLINK SE 16.060 € (-1,53 %)     FDJ 38.110 € (+0,47 %)     ORANGE 9.654 € (-1,10 %)     KERING 559.700 € (-1,30 %)     IPSOS 55.200 € (0,00 %)     INTERPARFUMS 54.200 € (-0,37 %)     ID LOGISTICS GROUP 272.500 € (0,00 %)     SERGEFERRARI GROUP 11.200 € (-0,71 %)     FRANCAISE ENERGIE 41.750 € (-1,42 %)     TELEPERFORMANCE 228.500 € (+3,30 %)     BIOMERIEUX 99.120 € (+1,68 %)     SANOFI 85.770 € (-1,92 %)     SHELL PLC 27.635 € (-0,65 %)     HERMES INTL 1 520.500 € (-0,78 %)     HEXAOM 17.950 € (0,00 %)     ALFEN 92.080 € (-1,64 %)     PHARMING GROUP 1.201 € (-1,96 %)     IMERYS 37.480 € (-1,11 %)     THALES 121.900 € (-0,04 %)     KPN KON 2.978 € (-0,10 %)  

Interventions sur le réseau électrique: quatre salariés de RTE seront jugés à Paris le 28 février

07/10/2022 17:23
Quatre salariés de RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en France, seront jugés le 28 février pour des soupçons d'interventions malveillantes sur le réseau électrique, a indiqué vendredi le parquet de Paris sollicité par l'AFP.
Ces quatre hommes âgés de 31 à 35 ans, employés de RTE qui étaient en garde à vue depuis mardi dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), seront jugés pour "entrave au fonctionnement d'un système automatisé de traitement des données", "modification frauduleuse" d'un tel système et "introduction de données frauduleuses" dedans, selon la même source.
Le parquet a requis le placement sous contrôle judiciaire des quatre salariés.
Après une plainte de RTE, l'enquête avait été ouverte le 29 juillet pour entrave à un système de traitement de données, sabotage informatique, accès et maintien frauduleux dans un système de traitement automatisé de données, ainsi que pour introduction, modification et suppression de données d'un tel système, avait précisé le parquet de Paris mercredi.
Les salariés ont été entendus dans les locaux de la DGSI car RTE est un opérateur d'importance vitale pour le fonctionnement du pays.
Dans une note aux salariés consultée mercredi par l'AFP, la direction de RTE n'évoque pas de dégradation mais, par trois fois en juin et en juillet, une "perte de téléconduite", c'est-à-dire que des postes électriques ont été rendus indisponibles pour être vus et manoeuvrés à distance, par exemple pour être mis hors tension, ce qui a "mis en risque important la sûreté du système électrique".
Après une enquête interne, RTE a engagé des procédures disciplinaires contre ces quatre salariés, qui ont été suspendus.
La CGT avait annoncé mercredi ces gardes à vue dans un communiqué, dénonçant des "services anti-terroristes utilisés pour faire taire les revendications salariales des agents". Un rassemblement a eu lieu jeudi dans le quartier d'affaires parisien de La Défense.
Avocat de l'un des mis en cause, placé sous contrôle judiciaire, Me Jérôme Karsenti a évoqué des "actes militants syndicaux classiques et traditionnels" pour lesquels la direction de RTE "a souhaité faire un exemple pour faire taire le débat social".
Selon lui, "le contrôle judiciaire démontre une totale incompréhension du dossier. Interdire à des collègues militants, qui assurent ensemble et en responsabilité leurs actes, de se rencontrer, est une manière de poursuivre la répression de l'organisation syndicale et militante", a-t-il dénoncé.

(© 2022 AFP Finance)
© 2022 Tous droits réservés
Cotations différées d'au moins 15 minutes (Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne).
Cotations à la clôture (Francfort, New-York, Londres, Zurich).
Flux de cotations : Euronext (Places Euronext et Cours des Devises).
Bourse : technologie Cote Boursière


301 Moved Permanently

301 Moved Permanently


openresty